#

Ràfols Casamada et Maria Girona: ‘L’Équilibre Possible’ au MDM

Ràfols Casamada et Maria Girona: ‘L’Équilibre Possible’ au MDM

Culture

21-11-2018

Le Musée de Montserrat (MDM) présente à Sala Daura une expo de propre production, sous le commissariat de l’historien de l’art Bernat Puigdollers, qui approfondit dans le monde intime et personnel de Maria Girona et Albert Ràfols Casamada, et qui pénètre à l’intérieur des racines qui unissent leurs trajectoires, divergentes et personnelles, mais en même temps prochaines et convergentes. L’Équilibre Possible est le résultat d’un long procès de recherche qui apporte de nombreux aspects inédits de leur trajectoire, rassemblés dans un catalogue étendu qui constitue une contribution importante à l’historiographie de l’art catalan d’après-guerre.

 

Maria Girona (Barcelone, 1923-2015) et Albert Ràfols Casamada (Barcelone, 1923-2009) appartiennent à la génération d’artistes formée pendant le début des années 40. Dans le contexte difficile et peu stimulant du premier franquisme, les deux, avec d’autres artistes de leur génération, se sont battus pour le dynamiser et construire un environnement culturel moderne et plus libre. Cette exposition –ouverte jusqu’au 5 mai 2019- approfondit dans quelques initiatives les plus significatives de leur trajectoire artistique : la fondation du groupe « Els Vuit » (Les Huit), les Salons d’Octubre, la fondation de l’école Eina, y compris de faits essentiels communs comme le voyage d’études à Paris, grâce à une bourse de l’Institut Français, ou les étés passés à Calaceite et Cadaqués, le reflet de deux vies complémentaires.

 

Il s’agit d’un approfondissement dans leurs débuts artistiques et a une vie en commun consacrée à l’art, sans oublier les liens entre leurs œuvres, apparemment opposées, divergentes, car en même temps étroitement liées. Cette expo veut rester une revendication de l’œuvre et la figure de Maria Girona, habituellement à l’ombre, qui cultivait une œuvre propre et de qualité, souvent peu reconnue, et qui a joué un rôle décisif dans tout ce processus de renouvellement de l’art d’après-guerre.